#INFOSCOVID19

En vue de l’évolution croissante de l’épidémie du covid-19 que nous rencontrons actuellement en France et dans le monde entier, nous nous devons aujourd’hui d’être plus vigilant que jamais afin d’éviter une propagation trop importante du virus !
Pour lutter contre l’épidémie, notre gouvernement à bien entendu agit et ainsi mis en place de nouvelles réformes, telles que le port obligatoire du masque dans les zones à risques (espaces publics et privés), le renforcement des gestes barrières, ré-agencement des espaces de travail en entreprise, télétravail recommandé, etc..

Dû à cette nouvelle réforme, nous rencontrons tous aujourd’hui de nouvelles contraintes budgétaires qui touchent toute la population, que ce soit les entreprises ou les particuliers.
Cette semaine nous nous sommes focalisés sur la consommation des ménages concernant les masques de protection. Pour cela nous avons mener notre enquête et décider de vous relayez les dernières actualités concernant leurs consommation.
Nous apercevons ainsi que le budget mensuel des familles en achat de masques de protection est très important, et pour conséquence nous voyons notre pouvoir d’achat fortement impacté par la crise sanitaire !

Ci-dessous un récapitulatif des dernières sources d’informations:


Le «budget masques» peut atteindre 300 euros par mois pour une famille de 4 personnes

La facture pour une protection efficace contre le virus peut être salée, malgré l’encadrement du prix des masques jusqu’en 2021.

Les masques sont-ils trop chers ? La question se pose, en ce lundi 20 juillet, alors que l’obligation d’en porter dans les espaces publics clos vient d’être mise en œuvre. Certes, nombre de Français sont fournis en masques par leurs entreprises ou par les pouvoirs publics, et cela devrait se poursuivre notamment pour les plus précaires. Mais pour certains, l’addition peut grimper jusqu’à 75 euros par personne et par mois. Un vrai budget pour les familles qui atteint donc jusque 300 euros pour une famille de 2 enfants.

Correctement utilisé, un masque à usage unique doit être porté 4 heures maximum dans une journée selon une fiche du ministère des Solidarités et de la Santé. Il est donc recommandé de le changer une à deux fois dans la journée. Le prix de ces masques est plafonné à 0,95 euro pièce jusqu’en 2021, et l’on peut même en trouver dès 50 à 60 centimes.

Concernant les masques réutilisables, ils peuvent être lavés cinq à plusieurs dizaines de fois selon les modèles et les fabricants. Leurs prix varient beaucoup, de trois à une vingtaine d’euros pour certaines marques. Là aussi, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) prévient qu’«un masque en tissu doit être changé dès qu’il devient humide et au moins toutes les 4 heures».

45 à 75 euros par mois et par personne
En moyenne, on peut donc estimer qu’une personne vivant seule et utilisant deux à trois masques à usage unique par jour doit dépenser 1,5 à 2,5 euros quotidiennement, soit 45 à 75 euros par mois. Pour une famille composée d’un couple et de deux enfants, cela représente donc 180 à 300 euros mensuels.

Il est plus difficile de calculer ce même chiffre pour les masques en tissu réutilisables. En plus d’une grande fourchette de prix, certains sont en effet lavables 10 fois, d’autres 50… Nous avons retenu l’exemple d’une personne seule ayant acheté des masques à 5 euros réutilisables 20 fois. Il en faudra trois à quatre par mois, soit 15 à 20 euros mensuels. Pour la même famille de quatre enfants, cela représente donc un budget de 60 à 80 euros.

Dans un entretien donné en mars dernier à RTL, le président de l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir Alain Bazot estimait que ce budget était «tout à fait colossal». Pour lui, ces masques devraient être gratuits. «On conteste ce choix de ne pas avoir mis à disposition gratuitement (ces masques), notamment pour l’accès aux services publics» estimait-il encore.

«Dans la mesure où il y a un intérêt général de santé publique, il ne faut vraiment pas de limite à l’accès à ces masques, notamment sur le plan financier, poursuivait le président de l’UFC Que Choisir. Puisque c’est obligatoire dans les écoles, dans les transports, il faut que les services publics distribuent les masques.»

Source : https://www.lefigaro.fr/conjoncture/le-budget-masques-peut-atteindre-300-euros-par-mois-pour-une-famille-de-4-personnes-20200720


Désormais indispensable, le masque s’impose et pèse sur le budget des familles du Cher

« Impossible de se passer de masque. Difficile, aussi, de ne pas en trouver. Imposé presque partout depuis la fin des vacances d’été, cet équipement de protection contre le Covid-19 nous accompagne au quotidien. Mais pèse aussi sur le budget des ménages, même si la population la plus précaire bénéficie d’aide.
Le masque est LA fourniture de la rentrée. En entreprise, à l’école, en milieux clos, dans des centres-villes et des marchés, difficile d’évoluer à visage découvert, alors que l’épidémie de Covid-19 regagne du terrain en France. Ce durcissement des règles sanitaires tend un peu plus le budget des ménages.

Un budget pour les famillesSi l’allocation de rentrée scolaire, revalorisée cette année et versée à 12.733 familles du Cher permet, en partie, de couvrir ces frais supplémentaires, la facture masques est tout de même évaluée à environ 200 euros par mois pour une famille de quatre personnes pour des masques chirurgicaux jetables, selon les calculs de l’association UFC-Que Choisir. L’association Familles de France « regrette vivement le refus du gouvernement de les rendre gratuits. Dans un contexte où l’obligation de porter un masque représente une nouvelle charge financière pour les ménages, Familles de France salue les initiatives des collectivités locales mais déplore néanmoins l’absence de création d’un dispositif national visant à assurer la gratuité à toutes les familles. » »

Source : https://www.leberry.fr/bourges-18000/actualites/desormais-indispensable-le-masque-s-impose-et-pese-sur-le-budget-des-familles-du-cher_13831578/


« Acheter vingt masques par semaine, c’est lourd dans un budget »


Article parut dans: lavoixdunord.fr

« Léo, élève de seconde, sera interne au lycée agricole de Radinghem où il a fait sa rentrée ce mardi matin. Il lui faudra vingt masques par semaine. Cela représente un coût non négligeable d’environ 20 €. Sa maman aimerait un coup de pouce.

Ce mardi matin, Ophélie de Neufchâtel-Hardelot fait sa rentrée en seconde au lycée agricole de Radinghem. Le port du masque, elle s’y est habituée. Sa maman, à ses côtés, souhaite que le respect du protocole sanitaire « reste vivable ». Bien que sa fille soit retournée au collège en fin d’année, elle espère que les mois de confinement n’auront pas eu trop d’incidence sur sa scolarité.


Léo, lui aussi nouvel élève de seconde, arrive de Bayenghem-lès-Éperlecques. C’est la première fois qu’il remet un pied dans un établissement scolaire depuis le 15 mars et le début du confinement. Ça n’a pas l’air de l’angoisser. Ce qui le gêne le plus en cette rentrée, c’est de devoir se plier au port du masque toute la journée. « La cohabitation lunettes et masque, c’est une vraie galère » fait-il remarquer les verres couverts de buée.

Sa maman ne cache pas que le coût des masques est un problème. « Comme il est interne, on doit prévoir vingt masques par semaine. À 95 centimes l’unité, ça représente une vingtaine d’euros, dans un budget mensuel, ça pèse lourd. J’espère qu’à terme il y aura des aides. » »
Source : https://www.lavoixdunord.fr/858568/article/2020-09-01/acheter-vingt-masques-par-semaine-c-est-lourd-dans-un-budget


Ugo Bernalicis : « Le budget masques va devenir de plus en plus compliqué »

« Ugo Bernalicis, député du Nord est l’invité d’Europe 1. Il estime que pour lutter contre le coronavirus, le port du masque est une nécessité mais plaide pour une plus grande accessibilité aux ressources médicales et notamment la gratuité des masques.

INTERVIEW
Des masques gratuits pour tous. C’est ce que demande Ugo Bernalicis et la France Insoumise au gouvernement alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de lieux publics. Car si le masque est nécessaire il faut qu’il soit accessible à tous, sans contrainte budgétaire afin de lutter au mieux contre le coronavirus.

« Un coût de plusieurs millions d’euros »
« Tout ce qui est utile pour éviter que l’épidémie se propage est bien et bon à prendre, mais le budget masques va devenir de plus en plus compliqué parce que, maintenant, il ne suffit pas de l’avoir uniquement dans les transports en commun », juge Ugo Bernalicis. Pour lui, la solution à cette équation passe par la gratuité des masques défendue par son parti.

Un « manque de cohérence »
Si Ugo Bernalicis salue, a minima, « l’élargissement de la part du gouvernement qui permet qu’on ait le masque sur prescription médicale quand on est une personne à risque ». Il dénonce le « manque de cohérence » du ministre de la Santé Olivier Véran qui alimente, selon lui, »le scepticisme qui monte sur les réseaux sociaux et dans les discussions » et qui pousse les gens à s’interroger sur l’utilité du masque.

« Au-delà des masques c’est tout le matériel médical sur lequel il faut avoir un point de vigilance », considère-t-il. Il affirme ainsi que dans certains centres hospitaliers du Nord, « le nombre de blouses pour les soignants n’est toujours pas au rendez-vous » et que certains doivent toujours utiliser des sacs-poubelle. »

Source : https://www.europe1.fr/emissions/linterview-politique-de-8h20/ugo-bernalicis-le-budget-masques-va-devenir-de-plus-en-plus-complique-3985046

Des masques qui commencent à peser lourd sur le budget des familles

REPORTAGE - Le gouvernement a confirmé que le masque ne sera pas gratuit pour les élèves bien que son port soit obligatoire. Une « fourniture » en plus qui occasionne donc une dépense supplémentaire pour les parents.
26 août 2020 13:08 - TF1

Pour les familles, le masque à l’école est une dépense inattendue qui a un impact considérable sur le budget de la rentrée. Certaines ne comprennent d’ailleurs pas qu’il soit considéré comme une fourniture comme une autre. À défaut d’en avoir gratuitement, elles partent à la chasse aux bons plans pour en acheter à prix réduit. Néanmoins, l’Etat a promis d’en fournir aux plus précaires. Certaines régions et départements en distribueront, eux aussi, pour les lycéens et les apprentis.

Source: https://www.lci.fr/conso-argent/video-des-masques-qui-commencent-a-peser-lourd-sur-le-budget-des-familles-2162830.html